chassezlenaturel.jpg

Chaque fois que je quitte un endroit, une vigneronne, un vigneron, un domaine, une ferme, n’importe où, qui, ou quoi, qui travaille autour de ce lien-là, la nourriture, au sens large, la table, qui fait qu’on ne se connaît pas, mais qu’on se rencontre, qu’on se rassemble, qu’on échange et partage, chaque fois, après la rencontre, dans ma camionnette qui file trop vite sur les routes tordues de la campagne, sous la pluie qui s’abat, sous un soleil brûlant, le chien haletant, chaque fois c’est comme une décharge électrique, dans ma tête, dans mon corps, de haut en bas, au bout des doigts, de mes mains qui tiennent le volant fermement, quand ça picote, et sous mon pied qui accélère, et c’est comme si rien ne pouvait m’arriver tu sais, parce que c’est comme si je survolais le sol, légèrement, en apesanteur, je suis remplie de joliesse, qu’ils m’ont transmis les autres, oui c’est coloré, juteux, frais, pétillant, parce que ces rencontres, c’est fort franchement, ce qui se passe. J’ai un sourire que je peux pas étouffer.

Avec ma camionnette, et mon chien, on a déjà parcouru quelques routes, j’ai fait des rencontres marquantes, chacune me laissant une leçon, me laissant un goût sur la langue, une odeur spéciale dans les narines, me laissant quelque chose, de vivant, et finalement j’avais que mes mots pour prendre le relai de cette excitation, de cette découverte, de cette richesse. Passer, transmettre. Avec mon site chassezlenaturel.net centré sur des rencontres autour du vin, et puis maintenant ce carnet à vocation semestrielle, je voudrais dire que c’est important de placer au coeur de nos vies, l’humain, la terre, la nourriture liquide et solide. C’est vital.

J’ai envie de raconter qu’accompagner la vigne, presser du raisin, élever du vin, cultiver des tomates, traire des vaches, s’occuper du poulailler, travailler le sol avec un cheval, planter des céréales, des pommiers, des cerisiers, vivre en accord avec la nature, se donner du mal en somme, pour nourrir, se faire plaisir, se réunir, c’est beau. Ce qui me frappe de plein fouet dans ce grand voyage sur les routes, c’est comment quand on prend soin de la terre, pour bien manger et bien boire, ça révèle l’individu, son travail dit beaucoup de l’humain, et puis, bien sûr, à table, la fête, s'apprivoiser, c’est fort, la table c’est le théâtre de notre rencontre, et bon sang, oui c’est vraiment beau de se réunir, d’émuler, de partager.

Alors, Chassez Le Naturel veut devenir un carnet, s'imprimer sur du papier, 96 pages, tous les 6 mois. S'ancrer, s'encrer, pour rester, continuer, aller plus loin, pour poursuivre cette route-là, et te rendre cette énergie qui circule autour des producteurs de notre table.

sommaireCLN.jpg

Ce sera rempli de récits de rencontres, de personnalités douces et fortes, de casse-croûtes, de fruits, de légumes, de fromages, de saucisson, de jeunes, de vieux, des fêtes, des dégust’, des mots doux, des idées, de l’énergie, des paysages, beaucoup de mots, des réflexions, le voyage, des illustrations, et un genre de réalité de terrain, se jeter dans la gueule du monde, par conviction, par passion, par amour de la vie, et des gens, rien que ça.

Et puis, relaie, partage, parles-en, offre-le, répands, diffuse…